Spartak Châteauroux : site officiel du club de foot de CHATEAUROUX - footeo
St Marcel Asc
Championnat
1
3
11 mars 2018 15:00
  • Eclaircies
  • Sec
  • Médium
18 min
Passe décisive
But marqué
78 min
Passe décisive
But marqué
89 min
Passe décisive
But marqué
NC
15:00 - 11 mars 2018
NC
NC
NC

Pas de vacances pour le Spartak qui continue son marathon pour rattraper tous les matchs en retard.

Ce dimanche, notre équipe avait la chance de retourner à Saint-Marcel, patrie de Gigi, pour affronter à nouveau l’équipe qui s’était chargée d’épurer notre effectif d’un de nos trop nombreux latéral.

On pense bien entendu à notre ami Franck Petitbon qui continue sa rééducation et pour qui le football est terminé (encore une bonne nouvelle pour Jaja).

Malgré 14 noms sur la feuille de match, le Spartak ne peut aligner que 12 hommes suite à la défection de Siam le fourbe trop fatigué après sa fécondation italienne, et Julien qui a préféré rester bien au chaud malgré son amour du Challenge offensif départemental, les mauvaises langues racontent qu’il serait parti voir la femme de Francky pour connaître le secret de sa réussite actuelle.

Fort heureusement, le trajet pour Saint-Marcel est court, mais Jaja est mécontent puisqu’il vient de prendre son véhicule deux fois consécutivement, à n’en pas douter la panne d’essence ou de moteur est à prévoir pour le prochain déplacement.

Alors même que nous n’alignons que 12 joueurs, le Spartak dispose maintenant à l’extérieur d’un staff conséquent : le papa de Garry surnommé Dodo la Saumure par Grand Pierre, le papa de Coach Pierrot surnommé Charlie Hors-jeu par Bureau et enfin Kévin, surnommé l’ogre du Bas-Berry par Drobinovic.

Dans les vestiaires, nous avons tous une pensée sincère pour Chauvat, qui a décidé de prendre du recul suite à ses démêlées  dans la presse avec Capitaine Francky. Allez Kévin, si tu lis ces quelques lignes, reviens nous voir…on doit faire jouer Compain depuis ton départ ! C’est agaçant.

Le Spartak s’échauffe correctement, malgré l’absence de ballon…étonnante situation pour un club de foot. Espérons que la prochaine fois, Gigi pensera à rapporter quelques ballons qui trainent dans son coffre de voiture ou dans son sous-sol.

Le terrain est en bon état pour la période, mais il y a des faux rebonds assez terrifiant qui limiteront de facto les échanges de qualité (enfin surtout les passes de Gigi et Drob).

Dans le 11 de départ, Pierre Bertrand fanfaronne, les départs et différentes absences lui permettent de redevenir l’un des hommes forts du club. Aligné en défense centrale avec Grand Pierre, il veut tout faire pour ne jamais revoir ce maudit numéro 12 que Coach Pierrot se plait tant à lui donner.

Petite surprise du chef, c’est Benoît qui va occuper le milieu gauche afin de protéger Drobinovic qui lui doit rebasculer en arrière gauche.

Au milieu Ludo Frérot et Coach Pierrot sont là pour assurer récupération et première relance.

Dans le vestiaire, à quelques minutes du début de la rencontre, les échanges cordiaux entre joueurs permettent à Gigi de faire étalage de ses talents de comique puisqu’il réussira à mettre en parallèle l’UNSS et l’URSS dans une seule et même phrase.

Le Spartak débute contre le vent suite à l’échec de Francky pour la 99ème fois de la saison lors du tirage au sort.

Notre équipe récupère assez facilement le ballon et combine bien au milieu de terrain, par contre on a la mauvaise tendance à vouloir tenter la passe ultime et décisive de 30 mètres au lieu de jouer simple au sol, ce qui est pourtant notre force depuis environ 45850 années.

Nos adversaires malgré un classement médiocre disposent de plusieurs joueurs qualité au milieu notamment, mais ils ont tendance à exploser littéralement psychologiquement sur chaque coup de sifflet de l’arbitre officiel. Résultat, chacune des décisions de l’arbitre est contestée et lui vaut une flopée d’insultes qui ont même choqué Bureau et Gigi ! Etonnant comportement alors qu’ils pourraient jouer un football de qualité…même si certains poètes vont quand même apprécier toucher systématiquement les jambes et chevilles de nos joueurs.

Grand Pierre nous gratifiera d’un plongeon digne des plus grands après avoir coupé la trajectoire d’une relance adverse, déclenchant l’hilarité des siens, même si avouons-le, il y avait bien faute cette fois !

Au niveau du match, Le Spartak déclenche quelques frappes par Benoide et Bureau, mais globalement les échanges entre Ludo, Gigi, Pierre et Francky peinent à faire le dernier décalage, nos adversaires sont éliminés assez facilement au milieu mais leur défense reste très basse ce qui limite nos percussions.

 Encore une fois, c’est avec l’aide du légendaire jajajinho que Francky va créer le décalage sur l’aile droite, Chaton gigi est servi, il s’amuse avec son défenseur en l’éliminant d’un petit pont avant de centrer au sol (pour une fois) vers Bureau qui au point de pénalty contrôle et frappe en force, la balle est ralentie par un défenseur mais elle termine quand même au fond des filets pour le 1-0. Retour gagnant pour Bureau après sa maladie qui aurait pu lui valoir d’être surnommé le nouveau greffé du Spartak après Lacko.

L’avantage est pris dès la 15ème minute, mais paradoxalement c’est le Spartak qui va alors déjouer pendant un bon ¼ d’heure en multipliant les passes ratées et trop longues, malgré des appels tranchant de Ludo Frérot et Francky qui ne ménagent pas leur peine pour casser les lignes.

Sur une action de Saint-Marcel de qualité, Grand Pierre part sur son côté droit (son petit travers classique de début de match) pour chercher l’interception, le ballon revient sur un milieu adverse qui enchaine une merveille de petite passe par-dessus Pierre Bertrand qui complètement à la ramasse sur ce coup laisse l’attaquant partir et conclure l’action d’un bon lob que Garry touche mais ne peut pas sortir… et finalement sur la première action adverse, c’est l’égalisation 1-1 !

Le Spartak rehausse alors clairement le jeu pour le dernier ¼ d’heure de la première période, et c’est Ludo Frérot qui aura les plus belles actions, sur un excellent débordement de coach pierrot sur l’aile gauche, Bureau laisse filer la balle pour Ludo qui arme une reprise qui passe au-dessus.

Sur un débordement toujours côté gauche, c’est le légendaire buteur du Spartak Francky qui se jette et dévie légèrement la balle sur la main du défenseur. L’arbitre siffle pénalty, justifié, malgré les plaintes et hurlement des joueurs adverses.

Ludo Frérot prend le ballon, il prend à contrepied le gardien mais la balle vient lécher le poteau et sortir du cadre… échec ! Comme Jaja au tournoi de futsal (oui je n’ai pas oublié !^^)

Le Spartak accentue sa domination mais ne parvient pas vraiment à se procurer d’autres actions, finalement à la 44ème minute, Compain remplace Ludo…avouons-le sur un timing un peu bizarre, même si Compain aura le mérite de toucher le ballon sur le coup de sifflet de l’arbitre.

Dans les vestiaires, Benoit rappelle à tous que la victoire est importante, il demande le silence quand il voit Pierre Bertrand multiplier les frasques pour se faire bien voir de Francky. Notre capitaine courage justement est en partie satisfait, mais il demande plus de concentration derrière et un jeu moins direct. On voit qu’après deux semaines sans futsal, les joueurs reprennent leurs mauvaises habitudes des chandelles foudroyantes.

Dès la reprise le Spartak prend l’ascendant mais les deux équipes sont un peu coupées en deux… on défend à 5/6 et on attaque à 5/6 suivant les actions. Nos adversaires n’arrivent plus vraiment à dépasser le milieu de terrain autrement que par des chandelles.

Sur plusieurs débordements le centre en retrait est raté ou la frappe est déclenchée sans angle… Francky et Gigi se cassent les dents sur le gardien ou trouvent la touche.

Au bout de 15/20 minutes, sur sa première accélération de l’année, Compain est foudroyé dans son élan et s’écroule, permettant le retour d’un Ludo Frérot chaud bouillant après cette coupure.

Le Spartak domine mais le match est plus heurté, chaque contact devient sujet de discussion et d’insultes (certaines particulièrement drôles il faut l’avouer) envers l’arbitre par les joueurs locaux.

A 15 minutes de la fin de la rencontre, la défense de Saint-Marcel est en souffrance et peine à se dégager depuis de longues minutes, chaton gigi est servi dans la surface, il centre très fort ( trop d’ailleurs) pour Pougentinho qui fait lever les foules avec un enchainement contrôle frappe totalement raté mais qui permet à Bureau de frapper en force aux 6 mètres pour le 2-1.

Le Spartak est devant, on demande à tous de l’attention pour ne pas gâcher le bon résultat, sur un corner adverse il y aura une dernière frayeur, le ballon est dégagé mais la défense reste quasiment devant notre but, résultat la chandelle adverse revient et permet un centre dangereux à quelques mètres de notre cage.

En fin de rencontre, le Spartak a plusieurs occasions de scorer, Francky a la haine dans le regard, il veut planter et se trompe un peu sur quelques actions, mais le plus beau moment du match sera pour lui la déclaration de son défenseur central adverse : « Voilà un attaquant excellent, très mobile qui bouge partout sur le terrain, il m’aura bien fatigué aujourd’hui, j’ai pas l’habitude ». Francky a un sourire délirant en entendant cette phrase, ne sachant pas que pendant ce temps-là Julien est avec Madame !^^ !

Nos adversaires demandent le temps restant et tombe sur un mur...heureusement Carlos est là pour rappeler à tous le règlement, loi 7 alinéa B: '' L'arbitre n'est pas obligé de te répondre!"

Dans les dernières secondes, sur une chandelle dans la surface contre le soleil, Bureau se jette et dévie la balle dans la course de Benoit qui termine le travail d’une frappe puissante plein centre pour le 3-1.

Le match se termine, on rentre au vestiaire avec la satisfaction de ne pas avoir perdu de joueur sur blessure, je n’oublie pas Compain, mais on parlait de joueur donc ça ne le concerne pas vraiment. Soyons sérieux quand même, on espère que notre fan de Mélenchon la victime politique préférée autoproclamée des médias reviendra en forme rapidement.

Dans le vestiaire, la vérité éclate sur la jeunesse de Coach Pierrot, puisqu’on apprendra qu’il a été habillé pendant 18 ans avec des habits récupérés dans les conteneurs à destination des enfants africains.

Le Spartak reste le solide leader du championnat et se prépare à recevoir à nouveau Saint-Marcel dès dimanche !

HOMME DU MATCH

  • 1 Matchs joués
  • 0 Buts
  • 1 Titulaire
  • 1 Passes décisives
  • 0 Remplaçant
  • 0 Cartons jaunes
  • 90 Min. jouées
  • 0 Cartons Rouge

STATS éQUIPE

6 Derniers matchs

G G ? G G G

Répartition des buts

147 buts marqués
39 buts encaissés

Graphique des victoires

DERNIERS MATCHS

PROCHAINS MATCHS

CLASSEMENTS

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 CHATX SPARTAK 55 19 18 1 0 0 122 19 0 103
2 PECHEREAU LE 39 19 12 3 4 0 38 13 0 25
3 A.S. TENDU 39 19 11 6 2 0 74 21 0 53
4 PONT CHRETIEN 36 19 11 3 5 0 42 36 0 6
5 POULIGNY ST P 29 19 9 2 8 0 41 47 0 -6
6 RUFFEC JS 29 19 7 8 4 0 40 29 0 11
7 CIRON US 22 19 6 4 9 0 26 37 0 -11
8 ST GAU-THENAY 20 19 5 5 9 0 35 68 0 -33
9 DOUADIC FC 18 17 7 0 10 2 40 65 1 -25
10 ST MARCEL ASC 17 18 6 1 11 1 37 48 1 -11
11 F.C.M.O. 10 18 3 2 13 1 29 82 0 -53
12 TILLY US 3 19 0 3 16 0 23 81 0 -58
gardiens
Gardien
défenseurs
Défenseur
Défenseur gauche
Défenseur droit
Défenseur central
Défenseur central
Défenseur
milieux
Milieu offensif centre
Milieu défensif
Milieu défensif
attaquants
Attaquant
Garry Boulette
G B
Pierre Bertrand
P B
Fabien DROBENKO
F D
Matthieu JANICAUD
M J
Franck POUGET
F P
Pierre ROUET
P R
Benoit Soffietti
B S
Nicolas BUREAU
N B
Pierre LAUMONIER
P L
Ludo Vic
L V
Adrien GILARDET
A G

REMPLAçANTS

RENDEZ-VOUS

NC
NC

Commentaires

LAVERIE AUTOMATIQUE

Joueurs ayant lavé les maillots:

Franck

Bureau

Drob

Lacko

Garry

Pierre coach 2

grand pierre 2

jaja

quentin

 julien -1

 Benoît

Jérémy golf

JOUEURS AYANT LAVÉ LES CHASUBLES QUI PUENT.

  Pierre coach